Accueil
 
Le peuple des citoyens va gouverner ce pays ! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Marie-Jeanne Chevallereau - Co-présidente Modem12   
Samedi, 17 Décembre 2011 17:16

François Bayrou - Pau le 10/12/2011 A Pau, samedi 10 décembre, Premier meeting de campagne de François Bayrou. L’Aveyron y était.
(Cliquez ICI pour visualiser notre album photo)
Un millier de participants de tout le sud ouest étaient venus partager, dans le grand hall du stade de rugby de Pau, la garbure et le Madiran avec François Bayrou, pour célébrer son entrée en campagne avec à ses côtés sa discrète épouse.

C'est un lieu symbolique que François Bayrou avait choisi. Le Stade du Hameau, siège de la "Section Paloise", club de rugby emblématique de la région depuis 1905 représente son attachement à ses racines, à la culture du Sud-Ouest et aux valeurs qu'incarne ce sport : esprit d'équipe, détermination, force et courage.
Atmosphère chaleureuse et bon enfant, enthousiasme d’une salle comble à l’arrivée de Bayrou,  écoute attentive d’un discours d’une heure un quart, empreint de gravité et de confiance, et dont voici quelques notes. (pour l’écouter, http://www.bayrou.fr/article/le-peuple-des-citoyens-va-gouverner-ce-pays-1)

Instruire et produire
François Bayrou ironise sur le fait qu’à droite comme à gauche, chacun reprend aujourd’hui à son compte ces thèmes qu’il a indiqué comme priorités, voilà déjà plusieurs mois (dans son livre « 2012, état d’urgence » paru le 18 août)

La crise
« la crise n’est pas la crise de l’Euro, c’est la crise des ...

Etats qui se sont endettés ! »

Le rôle de l’Etat
Deux exemples : "il est insupportable que les PME paient 3 ou 4 fois plus d'impôts que les entreprises du CAC 40. Il faut aussi un droit du travail plus clair, "le code du travail en France fait 2.600 pages et on en a ajouté 500 dans les 5 dernières années"

« Ne pas chercher la faute mais chercher le chemin »
« Depuis des années on parle au peuple comme à des gogos. Il est temps que les gouvernants respectent le peuple, le prenne au sérieux, lui parle comme à un adulte. »

Sur les « grands » partis
« Nous ne sortirons pas de la crise en donnant tous les pouvoirs au Parti socialiste, avec les mœurs qui sont les siennes. Nous ne sortirons pas non plus de la crise en donnant quitus, en mai prochain, à ceux qui sont responsables de la situation depuis cinq ans. »
Stigmatisant à la fois le PS - « est-il sain qu’un parti qui a de telles mœurs monopolise tous les pouvoirs » - et la droite, ses privilèges, son affairisme, François Bayrou précise que « l'abolition des privilèges est le socle indispensable de l'Etat républicain" » et ajoute « s’il faut mettre au pas les appareils », il faut aussi « respecter les hommes et les femmes et leurs sensibilités ».

« Eliminer le sectarisme », nécessité d'un changement culturel
« Rien ne s'accomplira sans un changement culturel important qui est le rejet du sectarisme ». Et cette citation d’Einstein à méditer : « Vous ne pouvez pas résoudre un problème sans changer la manière de penser qui a créé ce problème"